jeudi 15 octobre 2020

Mines du col du Pourtalet

Le col du Pourtalet est un célèbre point de passage entre le Béarn et l’Aragon. La célébrité du site vient de sa proximité avec le pic du Midi d’Ossau et des ventas que l’on trouve au col. Le sous-sol de la région renferme un gisement de fluorite qui s’étend sur le versant français du pic d’Anéou et le versant Aragonais.

La fluorite est connue depuis l’antiquité. Elle est utilisée dans l’industrie comme fondant pour fabriquer de l’acier, de la fibre de verre, de l’acide fluorhydrique et des produits fluorés dérivés. Elle est aussi utilisée pour réaliser des systèmes optiques car ses qualités en terme de transmission de la lumière et de dispersion chromatique sont bien meilleures que la plupart des verres minéraux. Ces dernières caractéristiques lui permettent également d’être utilisée dans la fabrication de bijoux ou de porcelaines.Le gisement du col du Pourtalet fut découvert en 1843 et exploité au travers de diverses concessions minières appelées Anéou, Rosario, Elisita et Aguilas.

Le site de la concession d'Anéou et le pic du Midi d'Ossau

La concession d’Anéou est située dans le cirque d’Anéou, à environ 1,5 km au nord-ouest du col du Portalet. La mine Elisita est située juste après les dernières ventas, à environ 700 m au sud-ouest du col du Pourtalet tandis que la mine Rosario est située un peu plus au sud, à environ 1,4 km du col, sous le flanc sud du pic du Pourtalet.
Une concession est offerte à la « Sociedad Minera del Pirineo Central » en 1892. Elle exploite les gisements du versant Aragonais, semble t-il, de la fin du 19eme siècle au début du 20eme siècle. Cette même société exploite la concession d’Anéou de 1900 à 1906. 

Le parking supérieur de la station de Formigal situé juste sous le col du Pourtalet. La mine Elisita est située au-dessus des voitures visibles à droite

En 1909, la concession d’Anéou est reprise par un entrepreneur local. L’exploitation redémarre. Le minerai extrait est utilisé comme fondant dans les hauts-fourneaux du Boucou et dans la fabrique de porcelaine à la Real Fàbrica del Retiro. 2000 tonnes de minerai vont être extrait jusqu’à la fermeture en 1914. L’exploitation ne fut jamais rentable, l’altitude du site, environ 1800 m, ne permettant pas une exploitation toute l’année. Des recherches ultérieures, datant des années 1960 ont conclus à une trop grande dispersion du minerai de fluorite. Le site est démantelé avec la création du parc national des Pyrénées en 1967.

Chemin d'accès à la mine Elisita

A partir de 1913, des travaux de prospections sont entrepris pour la firme Zeiss. Ils sont arrêtés en 1936 par la guerre civile. Ils reprennent ensuite et aboutissent à l’ouverture des mines Rosario et Elisita, connues également sous le nom de «minas del Pourtalet » en 1954.

Entrée d'une galerie à la mine Elisita
 L’age d’or de ces deux mines se situe entre 1960 et 1980. La production totale est d’environ 20000 tonnes. Les réserves sont alors estimées à 21000 tonnes. Entre 1980 et 1984, la production se situe dans la fourchette de 2500 à 3700 tonnes. La concentration du minerai en fluorite attend les 70%. 

Ruine de cabane sur le site de la mine Elisita

Après avoir été extrait, le minerai évacué par camion est acheminé dans les fonderies du pays Basque (Bilbao) ou de Catalogne. Grace à sa très bonne qualité, la fluorine est utilisée par la société ZEISS pour fabriquer des lentilles haut de gamme ou pour fabriquer certains composants optiques de lasers utilisés par le CERN.

Entrée d'une galerie dans la concession Elisita

Pendant les dernières années de son exploitation, la mine Elisita compte 10 galeries. Les minéralisations stratiforme sont localisées après un parcours de 30 à 130 m selon les galeries. La mine Rosario quant à elle compte 6 galeries. Les minéralisations sont présentes en poches perlée.

Les mines sont fermées depuis 1991. La concession est actuellement aux mains des « Minas del Formigal SA ». Une partie de la mine Elisita a disparu avec l’agrandissement de la station de ski de Formigal. L’affaire a finie en justice. Un jugement de 2011 a donné la prédominance des activités touristiques sur l’exploitation des sous-sols.

Un projet de musée à été évoqué il y a quelques années sans aller bien loin dans les études.

Trou d'accès à la mine Elisita

La visite de ces deux sites montre que l’exploitation du minerai a été effectuée à très faible profondeur et de manière complètement artisanale. Des galeries ont été ouvertes un peu partout, sans réelle réflexion. Certaines galeries se croisent puis remontent en surface. L’exploitation du être dangereuse. Le rendement fut toujours médiocre.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire